Xavier Kieken à propos du « Le Paritarisme à la croisée des chemins »

Cher Président Asselin,

Il y a 1 an, vous avez publié un fort intéressant livret « Le Paritarisme à la croisée des chemins »

J’adhère au constat (Le paritarisme interprofessionnel, comme on l’a connu est mort) et aux 27 propositions de la CPME pour un nouveau contrat social.
Ma liberté de simple adhérent me permet cependant de m’interroger sur la nécessité d’un certain acharnement thérapeutique, relevant d’une position politiquement correcte. Plus simplement, pourquoi ne pas carrément changer de modèle ?

Il n’y a pas en effet, dans les 27 propositions avancées, de réponse à la question suivante : que doit ‘il se passer en cas de désaccord dans la gestion paritaire des organismes de sécurité sociale, d’assurance retraite ou de chômage ? Puisqu’il est proposé à l’Etat de rester en retrait, puisqu’il serait interdit aux organismes de présenter un budget déficitaire et de recourir à l’emprunt, la réponse serait : on arrête de payer ; comme aux USA, quand l’état fédéral arrête de payer ses agents en cas de désaccord entre les 2 chambres. Ai-je besoin de dire que je ne verrai jamais cette situation et que l’Etat, bien évidemment, prendrait la main. « Too big to fail » ! Mais si l’Etat reprenait la main à chaque désaccord, c’est-à-dire probablement tout le temps, cela ne signifie-t-il pas que l’indépendance des organismes de gestion paritaires n’est qu’un leurre et que leur utilité s’apparente davantage à celle de la couronne Britannique ?

Parmi les 27 propositions d’un nouveau contrat social, j’ai remarqué la nécessité de « benchmarker » les autres pays Européens : chiche !

Eh bien, en Allemagne, il n’existe pas de négociations interprofessionnelles ni de négociations tripartites ; simplement des accords de branches et des accords d’entreprise. Et ça marche moins bien ? Les syndicats allemands sont ‘ils moins importants et moins représentatifs que nos syndicats Français ? Cela a-t-il empêché l’Etat de soutenir l’économie lors de cette crise économique liée à la covid ?

Cher Président Asselin, faites un petit pas de plus pour célébrer la fin du paritarisme de gestion (par exemple en entamant un retrait ordonné de tous les organismes paritaires, avec le MEDEF et l’U2P), ce sera un grand pas pour un nouveau Contrat Social.

Xavier KIEKEN

print
Translate »